Choix des matériaux pour une durabilité maximale : l’essentiel à savoir

Choix des matériaux pour une durabilité maximale : l’essentiel à savoir

La durabilité est un enjeu crucial dans le secteur de la construction. La prise en compte de l’impact environnemental, des coûts et de la qualité des produits sont autant d’éléments qui doivent être considérés lors du choix des matériaux de construction. Grâce aux avancées technologiques et aux analyses de cycle de vie, il est désormais possible d’adopter une approche plus responsable et durable dans le choix des matériaux pour vos projets.

Les facteurs influençant le choix des matériaux

Différents éléments entrent en jeu pour déterminer le type de matériau le mieux adapté à votre projet :

  • Le contexte géographique et climatique : les contraintes climatiques peuvent avoir une influence majeure sur les performances et la durabilité des matériaux choisis.
  • L’exigence réglementaire : certaines normes ou régulations locales imposent l’utilisation de matériaux spécifiques.
  • L’impact sur l’environnement : il est important de prendre en compte l’empreinte écologique des matériaux choisis dès la phase d’étude du projet.
  • Le coût total de possession : ce concept englobe non seulement le prix d’achat des matériaux, mais également les frais liés à leur transport, leur mise en œuvre, ainsi que leur maintenance et remplacement éventuel.

Analyser et comparer les matériaux de construction

Pour réussir à choisir des matériaux à long terme, il est indispensable de pouvoir les analyser et les comparer sur différents critères. Parmi ceux-ci, on peut citer :

  • Leurs propriétés physiques : résistance aux intempéries, isolation thermique et phonique, durabilité, poids, etc.
  • Leur impact environnemental : production, transport, mise en œuvre, recyclage, etc.
  • Les coûts associés : achat, pose, entretien, remplacement éventuel, etc.
  • Les réglementations et normes applicables : compatibilité avec la réglementation thermique, acoustique, incendie, sismique, etc.

Les analyses de cycle de vie : un outil indispensable

L’analyse de cycle de vie (ACV) est une méthode d’évaluation environnementale qui prend en compte l’ensemble des étapes par lesquelles passe un produit ou un matériau, de l’extraction des ressources jusqu’à son élimination ou son recyclage. L’ACV permet ainsi d’estimer l’impact global de différentes alternatives, facilitant le choix des matériaux les plus respectueux de l’environnement. Pour réaliser cette analyse, plusieurs éléments clés sont à considérer :

  1. Les émissions de gaz à effet de serre liées à la production, au transport, à la mise en œuvre et à l’élimination des matériaux.
  2. La consommation d’énergie, aussi bien durant la production que lors de la mise en œuvre du matériau.
  3. L’usage des ressources naturelles : un matériau ayant une longue durée de vie ou nécessitant peu de ressources pour sa fabrication sera privilégié.
  4. Les impacts sur la biodiversité : il est essentiel de tenir compte de la préservation des écosystèmes lors du choix des matériaux de construction.

Les certifications et labels environnementaux

Il existe plusieurs certifications et labels qui tiennent compte des différents critères évoqués précédemment. Voici quelques exemples :

  • Écolabel européen : ce label garantit la qualité écologique des matériaux tout au long de leur cycle de vie.
  • FSC (Forest Stewardship Council) et PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification) : ces certifications assurent une gestion responsable des forêts dont sont issus les produits en bois.
  • NF Environnement : cette certification française témoigne de la conformité des matériaux aux normes environnementales nationales.
  • LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) , HQE (Haute Qualité Environnementale) : ces référentiels internationaux permettent d’évaluer la performance environnementale globale des bâtiments respectant certains critères, dont le choix des matériaux.

<hectors du bâtiment peut largement contribuer à la réduction de l'empreinte écologique globale. Pour en savoir davantage sur les meilleures pratiques pour sélectionner vos matériaux de construction et optimiser leur durabilité, cliquez et voyez plus dès maintenant.

Privilégier les matériaux locaux et recyclables

Afin de réduire au maximum l’impact environnemental et offrir une meilleure durabilité, il est recommandé de choisir des matériaux locaux, issus de ressources renouvelables et recyclables. Cela permet de :

  • Réduire les émissions de CO2 liées au transport : le recours à des matériaux produits localement limite les distances de transport et donc les émissions de gaz à effet de serre qui en découlent.
  • Préserver les ressources naturelles non renouvelables : l’utilisation de matériaux issus de ressources renouvelables ou recyclées permet de préserver les stocks de ressources naturelles non renouvelables.
  • Favoriser l’économie locale : l’achat de matériaux locaux soutient les entreprises et emplois locaux dans divers secteurs (agriculture, industrie, etc.).
  • Faciliter l’adaptation aux contraintes climatiques : les matériaux locaux sont généralement mieux adaptés aux conditions climatiques et géographiques locales, offrant ainsi une meilleure durabilité.

Exemples de matériaux locaux et recyclables

Voici quelques exemples de matériaux qui répondent aux critères mentionnés ci-dessus :

  • Bois certifié FSC ou PEFC : issu de forêts gérées durablement, il est renouvelable, recyclable et stocke du CO2.
  • Briques en terre crue ou cuite : les briques sont fabriquées à partir d’argile locale et peuvent être recyclées en fin de vie.
  • Béton recyclé : le béton peut être broyé après déconstruction pour ensuite être réutilisé dans la fabrication de nouveau béton.
  • Ossatures métalliques en acier recyclé : l’acier est un matériau entièrement recyclable, dont la qualité ne se détériore pas lors du processus de recyclage.
  • Isolant naturel en laine de mouton, cellulose ou chanvre : ces isolants sont produits à partir de fibres végétales ou animales renouvelables et ont un impact environnemental moindre comparé aux isolants synthétiques.